CHRISTIAN BERNARD
“Un artiste de proximité / An artist of local life”
2003

Text written for the solo show catalogue edited in 2003, Galerie Alain Le Gaillard, Paris, FR

Un artiste de proximité

Julien Beneyton est un artiste de proximité. Portraits, scènes de genre, il peint ce qui l’entoure ou plutôt ceux qui l’entourent, ses amis, les gens de son quartier. En fait, il serait mieux de dire qu’il les entoure de toute son attention naturelle. Il peint des personnes, pas des fantômes. Son prochain est au centre de son projet.

Constantin Guys, « le peintre de la vie moderne », dessinait des types, des figures, des rôles. Peintre de la ville moderne, Julien Beneyton ne généralise pas. Il fixe son empathie sur ses semblables avec l’affection que chaque singularité devrait requérir. Il ne présente personne au pluriel. Il regarde chacun et chacun peut se reconnaître dans son regard.

Il y a quelques lustres, on aurait pu dire que Julien Beneyton pratiquait une peinture de classe, un art « classe contre classe ». Aujourd’hui qu’un devenir-ONG s’est emparé de toute une sphère de l’art contemporain mondialisé, ses tableaux n’en sont que plus intempestifs. D’abord ce sont des tableaux, de facture pseudo-naïve, d’allure hâtive sinon maladroite.

Ensuite ce sont des sujets, des situations que la peinture avait abandonnés depuis longtemps  la photographie, des réalités dont elle n’avait plus fait image. Enfin ce sont des affects, des sentiments auxquels l’art n’a que rarement cédé. Il serait condescendant de n’y voir que de bons sentiments, d’y invalider un vieil humanisme voire un nouvel humanitarisme.

Julien Beneyton ne consent pas au monde comme il va. Les armes de sa critique ne sont pas celles où se joue ou se mime l’actuelle critique des armes. Il n’est pas un artiste distingué. Sa peinture ne le sépare pas du monde où il vit. Elle nous met le nez dessus. Elle donne asile.

 

Christian Bernard

< Back